Archive | Récits de coureurs

Récits des courses effectuées par les adhérents ou le groupe.

Entre Dunes et Mer 1ère édition

Petit retour sur le trail du grand site des dunes de flandres « entre dunes et mer  » (tout proche de dunkerque) que j’ai couru hier.

Profitant d’une escapade dans le nord ce week-end du 08/05,  je joins l’utile à l’agréable en m’inscrivant à la 1ére édition de ce trail  ( 23km) qui s’ajoute à un 10 km/ 5km historique.

Pas de précision quant au dénivelé,  seule l’information suivante se trouve sur le site :

« Ces dunes, hautes et imposantes, offrent aux amateurs de trail, des dénivelés et un terrain de jeux des plus sportifs. La difficulté du parcours vient de ce terrain de sable mou, de ses multiples dunes à grimper, et de ses sentiers boisés et escarpés.

Vous vous aventurerez aussi exceptionnellement dans un lieu emblématique du territoire du Grand Site des Dunes de Flandre, l’impressionnant Fort des Dunes, qui surplombe le littoral et dont l’ascension réjouira les trailers les plus avertis. « 

Je pars donc dans l’inconnu mais avec beaucoup de curiosité.

Il fait « moche » ce samedi,  j’enfile mon coupe-vent / kway (pas de chance, le maillot du club encore caché!!) : la pluie est présente depuis le matin mais surtout le vent est violent, des rafales qui ne présagent rien de bon.

… puis (un signe divin ???) à dix minutes du départ, la pluie cesse de tomber (pas le vent)  pour laisser place à de belles éclaircies mais je n’ai plus le temps ou plutôt suis fainéant car déjà prêt à bondir sur la ligne de départ.

Dernières infos du speaker qui nous annonce la présence de certains très bons trailers hexagonaux.

Le départ est donné et sans avoir l’impression d’aller vite,  je passe le 1er virage en 2e position (après 200m de course : belle photo en perspective 🙂 ) mais petit à petit les choses reprennent leur place et je me fais régulièrement doublé

Le 1er kilomètre consiste en une boucle sur bitume autour du départ , je regarde ma montre : 3min59s  aïe aïe , ce n’est pas un 10km !!!! , nous nous retrouvons assez vite sur la plage à marée basse mais le sable est dur : seulement, pendant 1.5km,  le vent est de face, il souffle violemment, du sable virevolte et cingle les visages, les jambes ; alors oui j’ai peut être un peu chaud avec mon coupe-vent mais la capuche adaptée à ce type de conditions venteuses me protége , c’est dur de courir sans tressaillir, je lutte contre les rafales qui freinent la course surtout pour un  poids léger comme moi, j’avance malgré tout et suis constamment doublé par plus costaud.

Un petit passage par les dunes ou je tente de récupèrer (les cuisses ont beaucoup travaillé) puis nous revoilà sur la plage mais cette fois-ci avec le vent dans le dos : Impressionnant !!!

Le paysage qui s’offre devant moi est grandiose, irréel: des volutes de sable à fleur de plage qui s’enfuient devant moi, on dirait des fantômes plats qui s’amusent sur la plage.

Leffrinckoucke

Le vent dans le dos me pousse, difficile de maîtriser sa vitesse et toujours des costauds qui doublent : à la sortie de la plage pour attaquer la 2e partie dans les dunes de sable mou, nous en sommes au 10e km : 47mn30s sur ma montre : ce n’est pas possible, je vais le payer , j’ai les cuisses qui chauffent (rares chez moi, ce sont surtout les mollets qui travaillent du fait de ma « petite » foulée).

Je bois énormément pour donner du carburant à mes gambettes : vont-elles supporter 13km de sable mou ?

 

Pas ou très peu de dénivelé mais la difficulté réside dans la foulée à adopter sur ce type de revêtement fuyant : rapidement je prends un rythme régulier et reviens sur les « costauds » de la plage , un à un je les double et suis même étonné que certains ont beaucoup ralenti sur le sable. En fait ma foulée de « grand-mère » (dixit je sais plus qui au club : Oli ? Bernard C?)  m’avantage !!! :

 

Un certain nombre de ces coureurs que je double m’encourage : ils m’ont repéré avec mon coupe-vent (sous le soleil !)et mon sac à dos de Trailer (parti pour la diagonale des fous!), de nouveau un petit intermède sur la plage (vent de face) et nous nous retrouvons à trois à nous relayer pour nous protéger du vent : sympas …

Au 20e km : 1h41 , la moyenne est bonne et mon objectif de 2h00 est réalisable, je double encore mais je ne sais plus trop car nous sommes avec les coureurs du 10km, le passage dans le fort est original : pas de crampes à l’horizon (quel bonheur), quand même un petit coup de mou entre le 21e et le 22e (je me cale derrière un coureur pour récupérer) : et puis à la sortie du fort,  je ré-accélère pour le dernier km : une bénévole me voit passer et m’interpelle : ben dis donc le trailer (nous avons des dossards différents) , il en a encore sous le pied !!!, un petit signe de ma part : le pouce levé et elle se met à rire …

Je termine fort en 1h56mn45s /  35e sur 209 à l’arrivée. (le premier a mis 1h35)

Heureux, encore, de terminer sans crampes, d’avoir conserver un peu de vitesse (j’en doutais depuis mes blessures) sur une distance moyenne et de m’apercevoir que la conjonction d’un protocole personnalisé (merci Wilfried) et de l’entraînement paie !!!

Superbe organisation, une équipe de bénévoles au top (ex : les trailers avaient comme lot un buff , j’ai donc demandé à pouvoir échanger contre un t-shirt, réservé normalement aux autres courses et j’ai trouvé un bénévole sympa pour le faire) et puis à l’arrivée certains coureurs sont venus échanger avec moi : je sortais du lot avec mon sac et mon coupe-vent 🙂

D’ailleurs beaucoup de coureurs étaient plutôt des mangeurs de « bitume  » 😉 et ont donc payé les 10 premiers km rapides.

Ecotrail 50 km


Nous étions 3 du club à nous lancer dans cette aventure sur une distance qu’aucun de nous connaissait !! Notre distance max était le marathon sur route et plat , nous partions pour 50 km  avec 1000 m de dénivelé , et même si nous connaissions les chemins empruntés, le matin de la course nous n’en menions pas large et le seul objectif était  : Finir et pas trop mal.

 

 

Le départ était donné du grand canal dans le parc du château de Versailles à 10h45 , 1900 partants et comme d’hab, impossible d’approcher de la ligne de départ sauf s’y installer tôt , donc Sam et moi  nous mettons en queue de peloton et passons sous l’arche environ  1 minute après le départ officiel. Ensuite , un départ rapide vu la distance et ce qui nous

est annoncé , nous faisons le tour du grand canal à notre rythme , on passe en 32′ au 5 ème km en 1240 ème position. Y a du monde et à la sortie de Versailles , ça bouchonne dans une single !!!  vu l’allure, tout le monde est cool , ici, on ne se bat pour la place  😉


On continue et on passe sur les chemins du trail de Jouy pour revenir vers Viroflay ( la côte de la chaumière que je fais évidemment en marchant comme tout le monde autour de moi ) puis des allées et venues montantes -descendantes vers la tour hertzienne de Meudon pour arriver au 1er Ravito à Chaville au 28ème km , on y arrive en 3h04 en 1100ème position . On se sent très bien, on remplit les gourdes, s’alimente un peu , très bonne ambiance mais certains s’allongent déjà !! ça va être dur de repartir! Petit coucou à la famille venue nous encourager et on repart vers l’autre côté de la vallée . Là, ça monte raide et plusieurs fois, la moyenne en prend un coup car on marche à chaque montée . On continue de boire et s’alimenter régulièrement grâce à Sam qui m’organise ça super bien . On rejoint Alain et Pierre dans le parc de St  Cloud , 1 km avant le ravito, Alain a mal partout et attend la pause avec impatience.

 

On arrive au ravito du 40 ème km  en 4 H 39 en 955 ème position , beaucoup  d’écrémage sur cette partie , dû à pas mal de dénivelé , pour nous ça va plutôt bien , pas de crampes, pas de douleurs trop insupportables, on prend notre temps , on profite de la vue claire et dégagée sur Paris, Alain et Pierre  nous rejoignent et on repart ensemble du ravito.

Comme on n’a pas trop mal aux jambes , on profite de la descente vers les quais pour allonger et on laisse Alain et Pierre. Arrivés aux quais, il faut courir au train et essayer de ne plus trop marcher . Je regarde la montre et me dis que 6 h , est peut-être envisageable surtout que je me sens bien . Il y a devant moi  plusieurs filles et cela me motive bien pour avancer et les doubler . A ce moment, je laisse Sam qui n’arrive plus à suivre. Mais l’arrivée est encore loin …. et toute la partie près des voitures et des usines est très difficile et j’ai du mal à ne pas marcher , je le fais sur quelques mètres et me force à repartir en essayant de suivre quelqu’un qui me double en courant…. Les mollets commencent à se crisper… il faut tenir… Une fille revient de derrière et me dit qu’elle m’a en ligne depuis longtemps et qu’elle accélère pour finir sous les 6H. On nous annonce l’arrivée à 300 m. Ma montre indique 5H59, je tente de la suivre et j’arrive en 5H59’30 » à ma montre !!!! trop cool !! Au classement 919 ème place !! toujours en progression , ce qui m’a aidé pour le moral.  Pas de crampes , de bonnes sensations , une meilleure impression qu’à l’arrivée du marathon.

Tee-shirt de Finisheuse et ravito , j’attends Sam qui arrive en 6H08 , puis Alain qui a couru au mental sur les quais et arrive avec Pierre en 6H11 !

seul bémol 🙁  mon temps officiel : 6h00’34 »  et oui, partir en dernier ça compte à la fin 🙁

Expérience très satisfaisante ,temps idéal , pas de crampes , bonne gestion de l’alimentation et de la boisson (merci Sam !! c’est lui qui a tout fait ) et beaucoup de plaisir . A refaire dans un endroit inconnu pour profiter du paysage .

pour info : Nombre de partants : 1603   dont femmes : 198 (12,35% des partants)

Nombre d’arrivants : 1528 (95,32% des partants)   dont femmes : 190 (12,43% des arrivants) (95,96% des partantes)

1er Martin SCHEDLER en 3h29

1ère Sylvie Quittot en 3h54

Trail Blanc des Vosges


Ça commence comme ça :Ça neige la veille, ça bouche au début, ça se dévoile ensuite
Ça en met plein les yeux et les sourires
Ça se faufile en sentier, ça se défile en longue piste
Ça trace plein pot dans la poudre fraiche pour des enjambées de folie
Ça dérape dans la trace de neige bien tassée
Ça relance pas toujours facile à petites foulées glissantes
Ça tente de pauser davantage avec l’appareil
Ça caille si tu pauses trop longtemps
Ça c’est Juliette & sa sœur Amandine qui court, qui encouragent
Ça c’est Vincent, Fred, Laurent et Oli qui savourent leur 17 bornes
Ça c’est les mêmes qui envoient comme des porcs la veille droit dans la pente sur le 5 km nocturne
Ça, c’était ce week-end dans les Vosges

Trail des Crêtes et Cimes 14 juillet 2013

Dans la série j’ai testé pour vous : la première édition du TCC (Trail des Crêtes et Cimes). 

C’était le 14 juillet 2013, un trail de 17 km et 850 D+, avec un parcours dessiné dans le massif du Champ du Feu en Alsace et près de 500 participants pour cette première édition.

Il fait découvrir des sentiers, des pistes de ski alpin, des chemins de débardage, des directs à travers forêt, des layons.

Vue du parcours

 

 

Ce parcours est court mais exigeant avec des pentes à plus de 30% (merci pour les cordes…). Il se situe 750m et 1099m d’altitude, alternant passages en forêts ombragées et points de vue tels au « Pelage » ou à la « crête Roffling » et quelques surprises des organisateurs tels un mini-pont suspendu.

Météo parfaite : ciel bleu et soleil ; température entre 15 et 18 degrés…

 

 

Organisation parfaite (parcours et profil sur le dossard ainsi que la puce pour les différents chronos partiels), superbe tshirt technique et bien sûr tarte flambée et bière à l’arrivée !

A refaire.

http://www.trailcretesetcimes.com/

Michel

L'équipe d'organisation

Votre serviteur

Trail du vieux lavoir, Morainvilliers (78) le 23 juin 2013

Eh oui, les nouveaux maillots furent bien baptisés par la boue ce matin….

Nous étions 6 à nous élancer sur les 21,5 km du trail du vieux lavoir. Il y avait aussi Pascal G. qui lui le faisait pour les couleurs des dunes d’espoir.

Chacun d’entre nous a apprécié ce parcours assez varié. Les 10 premiers kilométres nous faisaient passer par des chemins de champs de coquelicots et de multiples petites côtes. A mi-parcours nous regagnions les sous-bois où la boue nous attendait avec là encore de belles côtes qui durcissaient les cuisses, et ce type de parcours nous a accompagné jusqu’à l’arrivée.

Avec Bérengère nous avons fait course ensemble le but étant  le podium ( pour elle hein ….car pour moi ……). Jusqu’au 19 ème kilomètre elle était même en 1ère place du scratch féminin…puis une autre féminine tournant comme un avion est passée alors que nous étions sur « un raidillon » pour finalement la devancer de 30 secondes sur la ligne…..

Ce fût donc le 2ème beau baptême du maillot avec sa magnifique 2ème place.Vous pourrez admirer les photos jointes.Nous sommes donc tous revenus heureux de son résultat et de notre sortie.

 

Philippe

Voici nos temps

Bérengère    1 h 48

Philippe       1 h 49

Pascal B.      1 h 56

Michel         2 h 07

Alain           2 h 09

Hervé          2 h 16

Trail des Cerfs – 2013 (la Queue-Lez-Yvelines, 78)

Dimanche 26 / 05 /2103          TRAIL DES CERFS

Nous étions 7 de la section à nous aligner au « Trail des cerfs » sur le 20 km à la Queue-Lez-Yvelines parmi 480 coureurs annoncés.

La météo était clémente, fraiche mais temps sec, au moins au dessus de nos têtes car sous les chaussures ce fût autrement…..

Les dix premiers kilomètres étaient assez calmes hormis une belle côte, mais cette partie était super boueuse avec quelques traversées de gués, le tout sur un magnifique parcours.

Le ravitaillement fût le bienvenu, et un coup d’œil à mon chrono (48’ / 49’), laissait espérer un bon temps final……et ben non, car sur la deuxième partie tout le dénivelé nous attendait !

2 belles côtes dont une assez longue qu’il fallait remonter dans un ruisseau où l’eau était fraiche !

Une multitude de petites côtes et surtout de beaux panoramas dans les pinèdes, mais un terrain toujours très gras.

Le dernier kilomètre super roulant avec comme final un tour de stade.

En voici nos temps respectifs :

Philippe Q . 1 h 45

Pascal  1h 47

Bernard C. 1 h 49

Guillaume 1h 54

Michel 1h 56

Philippe M. 2h 12

Hervé 2 h 16

 

 

Mon 1er marathon : Sénart , le 1er mai 2013

 1er mai : lever à 6h30, petit déj normal puis départ pour Sénart .

J’étais bien stressée avant le départ et depuis plusieurs jours ; la météo très variable de la veille ne me rassurait pas du tout. J’étais en proie à tous les doutes possibles sur la tenue à porter. Juste avant le départ, Michel, un camarade de club, m’annonce qu’il va courir avec moi car, suite à une blessure, il n’a pas pu s’entraîner depuis quelques temps et ne pourra pas réaliser son objectif. Ça me rassure. En fait, la météo est idéale, il fait frais, peu de vent, pas de pluie.

On part donc ensemble. Pendant le 1er semi, on va courir avec un 3ème compagnon qui apprécie notre allure. Michel est très à l’aise et m’emmène à un rythme un peu supérieur à celui que j’avais prévu. On part donc sur 5’25 à 5’30 du KM alors que j’avais prévu 5’40. On passe à l’aise le semi en 1h55m , ça déroule cool, on bavarde, on plaisante mais méfiants, on choisit quand même de ralentir un peu et de passer sur 5’40 . On poursuit jusqu’au environ 30éme km et là, on perd Michel , on continue à 2 avec un Thierry que je ne connais pas mais qui me raconte un peu son retour à la course à pied, il y a un an à 50 ans et avec 20kg de trop, il fait son 2ème marathon, a reperdu 15 kg et vise 4h comme moi. On poursuit jusqu’au 35ème comme ça et puis à un ravito, j’ai du mal à repartir , il me lâche , je vois au loin  Sam, mon mari en galère, je le rejoins, il me dit avoir très mal aux mollets , on se soutient mais le rythme n’est plus là, les jambes, surtout sont dures. Je suis passée à 5’50 du kilo et je passe vite à 6 ‘ et ses 5 kilomètres jusqu’au 40ème me paraissent très longs et très durs, surtout les lignes droites qui ne finissent pas …. Je focalise sur ma foulée en refusant de m’arrêter de courir. Au 40ème, on entre dans le village de l’arrivée, il y a plus de monde,les encouragements du public, un air de batucada bien rythmé me pousse vers l’avant.  Je continue en cherchant la foulée qui me fait le moins mal, qui ne m’apportera pas les crampes qui pointent. Je sais que je perds du temps, alors j’essaie de ne pas en perdre plus. Le parcours se termine par une descente que je pensais m’aider à reprendre de la vitesse mais les douleurs dans les jambes sont trop fortes et cette descente devient un calvaire de plus. Heureusement, la vue du stade annonce la fin et je passe le 42ème km en même temps que l’entrée sur le stade, c’est fini, je vois le chrono et entend le speaker qui confirme le temps espéré : MOINS de 4 Heures.

 

3h 57’ 23″ exactement. Mon objectif est atteint !!!! trop contente !!!  j’attends et je vois arriver mon mari juste après en 3h59’14 ». SUPER , on est tous les 2 sous les 4 H . Génial!!!! un brin de muguet, la médaille, un peu de ravito et quelques étirements…. on s’écroule sur la pelouse. Demain promet d’être dur. En attendant fière d’avoir réussi ce défi, merci aux organisateurs, aux supporters tout le long, merci à notre entraineur Wilfrid, ces heures passées l’hiver à tourner autour de cette piste ou à remonter ces côtes toujours « trop » mi/super/extra longues le vendredi, m’ont permis d’atteindre mon objectif.

trop contents d'avoir fini

Michel arrive en 4h23, content d’avoir terminé « à pied » et pas dans « l’ambulance » et bravo à Brendan qui a terminé en 3H26.

 

24 mars : 6h de Buc, semi de Rambouillet, trail du ventoux, foulées d’Angoulème !

Ce week end est un beau moment sportif pour la section puisque si je ne me trompe pas, nous serons 16 engagés sur divers événements :

  • Bérengère, sur les foulées d’Angoulème, 10km, pour sa préparation des championnats de France des 10km route qui aura lieu le 13 avril à Cabriès dans les bouches du Rhône.
  • Vincent, sur le trail du ventoux, pour 46km
  • Luc, Pierre, Brendan, Michel, Hervé, Jean-Marc, Thierry et Sébastien sur le semi de Rambouillet,
  • Enfin 2 équipes de 3 coureurs seront alignées sur les 6h de Buc, les « hamsters » formés de Olivier, Philippe et Laurent, et les « placomusofélés » (*) formés de Christophe, Pascal, Alain.

Les 2 équipes des 6h de Buc seront suivis, conseillés et nourris par Wilfrid, notre coach, avec la ligne de produits diététiques « beautysané » que nous avions découvert en novembre dernier lors d’une présentation à l’issue de la séance de fractionné du mercredi. L’objectif est bien sûr d’optimiser nos performances avec l’apport énergétique adéquat. Par ailleurs, les stratégies des 2 équipes sont définies. les « hamsters » partiront avec un premier relai long de 40’ puis dégressif ensuite jusqu’à seulement 5’ à la fin alors que les « placomusofélés » partiront à priori sur un rythme légèrement plus rapide avec un premier relai de seulement 30’ puis bien sûr dégressif jusqu’à la fin. Quelle stratégie sera la bonne pour préserver les forces mais optimiser les performances ? Réponse demain…

Outre les 2 équipes de notre section, il y aura 12 autres équipes de 3, 8 équipes de 6, et 119 individuels. Va y avoir du monde sur le circuit de 1013m du parc de Buc !! 😉

Venez supporter les participants individuels et les relayeurs le matin pour votre entraînement ou à la sortie de la sieste l’après-midi pour les derniers moments! Les 6h se déroulent dans le parc du château de 10h à 16h. Par exemple en partant du parc de Buc, vous pouvez faire le tour des 3 lacs de la bièvre en 12km, parfait pour votre entraînement ou une sortie vélo :

 

(*) La placomusophilie est le fait de collectionner les plaques de muselet. Le collectionneur est le placomusophile.

vertrail by night de Porchefontaine

Ce samedi 1er décembre, nous étions 4 du club à nous présenter au 1er vertrail de Porchefontaine, épreuve semi-nocturne (départ 17h15) organisée par les élèves du lycée Marie Curie de Versailles avec environ 200 autres coureurs.

Le départ et l’arrivée avaient lieu dans la halle d’athlétisme de Porchefontaine (que je ne connaissais pas) qui est un lieu abrité avec des supers vestiaires chauffés.

L’ambiance étaient très conviviale, les coureurs étaient tous très bien équipés pour la circonstance et le départ fut donné dans une allée qui borde  la halle. Ensuite ce sera 16,5 km de bosses, descentes, marches, singles , dans la forêt alentour avec quelques morceaux de piste pour souffler, la chaumière à monter, à redescendre en partie et à remonter encore. Bref, notre terrain de jeu habituel sauf que de nuit et avec un dossard , les sensations sont différentes que le vendredi soir pour aller faire les côtes. C’était trop bien, impression de vitesse, de jeu et d’aventure quand il n’y a plus personne autour de soi. Il faut quand même se méfier des appuis surtout que le terrain était glissant. On ne voit pas le temps passer car on ne regarde pas la montre (pas le temps sinon chute) et l’arrivée arrive vite (même pour moi….)

A refaire sans hésiter dans une forêt inconnue et ….avec de la neige , ce serait encore plus drôle et beau.

à voir reportage de la TV locale : http://www.tvfil78.com/tv/videos/lactu-le-vertrail/

voici nos résultats au vertrail et quelques photos dont une du départ de nous 4 (merci Oli pour la photo et les encouragements) et  dans les bois . (pas facile les photos en nocturne)

Nicolas  14 ème 1h13, Fred  67 ème, environ 1h 29, Sam 77 ème  1h32, moi, Sandrine 113ème 1h41 (8ème Fille).

Les victoires filles et garçons ont été remportées par des membres d’IssyTriathlon.Chez les filles, Léonie Périault,junior et  38ème en 1h24 et chez les garçons , Juan Francisco Ochoa en 1h08.

pour plus de renseignements, le site de l’organisation en espérant une 2ème édition :

http://www.vertrail.com/

 

 

Trail du vieux lavoir, 24 juin 2012

Mais que font-ils tous dans la campagne?

Nous étions 4 de la section à participer au trail du vieux lavoir à Morainvilliers, tous engagés sur la même distance de 21,5km. Cette année 2 autres distances étaient organisées, un accessible 10km, et un nouveau 30km. C’était pour la section l’occasion de découvrir ce trail car je n’ai pas mémoire qu’aucun adhérent y ai participé jusqu’à présent. Ce matin, les retours étaient très bons, tout le monde était ravi du parcours effectué, de l’ambiance et de l’organisation, et bien sûr content d’avoir évité la pluie qui commençait à tomber après l’arrivée.

Le 21,5km avait 400m de dénivelé positifs annoncés avec principalement 5 difficultés avec des côtes aux 2, 6, 10 et 16èkm. Celles-ci n’étaient pas d’une pente insurmontable et -selon l’état de forme bien sûr- ne forçaient pas à marcher. Le parcours était varié et nous permettait de découvrir un joli point de vue sur la vallée de la seine en sortie de Morainvilliers puis les chemins de campagne sur les 7 premiers kilomètres. Ceux-ci nous permettaient de longer les vergers au-dessus d’Ecquevilly, nombreux à cet endroit.

Au 7è km changement de décor: nous entrons dans la forêt des Alluets et nous ne la quitterons quasiment plus jusqu’à l’arrivée. Chemins larges mais passages boueux nous obligent à certains endroits de longer consciencieusement la lisière du chemin, voir même de complètement l’abandonner plusieurs fois pour éviter la noyade. Heureusement qu’il n’a pas plu les 2 jours précédents ! Ces passages donnaient un petit parfum technique et obligeait de bien lire la trajectoire à prendre et réfléchir où nous posions le crampon. A environ 2 ou 3km de l’arrivée, surprise, un court raidillon rappelait que nous étions bien sur un trail et qu’il fallait s’attendre à tout… Beaucoup se décidèrent à marcher à cet endroit (vu la pente c’était la seule chose à faire) avant de relancer après cette difficulté. L’arrivée n’était plus très loin, et principalement en descente avec pour finir avec un single torturé avant de déboucher sur la pelouse d’arrivée.

Encore un podium puisque Bérengère finit première espoir féminine et 4e au scratch féminin du 21,5.

Tshirt technique offert aux participant

Powered by WordPress. Designed by Woo Themes